Posts Tagged ‘Prouters’

Vendredi 16 novembre : Juvisy : MJC avec Dead Boobs, Garage Lopez, Les Prouters

// décembre 18th, 2012 // 1 Commentaire » // Concerts 2012

Que nenni, monsieur Je-sais-tout-de-l’adage-populaire. On choisit ses amis, mais on choisit aussi parfois sa famille ! La preuve ce vendredi soir à Juvisy. Une belle réunion de famille et, mis à part dans la date, on a tous eu le choix ! Les 3 vieux tontons Prouters, Lopez et Bop, avec les petits neveux des Dead Boobs (c’est bien les jeunes ça, ça cause anglais pour faire les malins), réunis par Papy Propagande dans sa MJC transformée pour l’occasion en un HVB, un Hangar des Vieux et du Bruit.

Les Dead Boobs

Contre toute attente, malgré les intempéries et pour la seule fois de l’année / siècle / vie (rayez les mentions inutiles), on est parti et arrivé à l’heure (mais pas la même). Du coup, on a bien eu le temps de s’installer et de balance, pour enfin accueillir les potos. Il faut dire que ça faisait une semaine qu’on n’avait pas vu les Lopettes et plus d’un mois qu’on avait pas manger (et jouer accessoirement) avec les Prouters.
Allez, comme vous m’êtes sympathiques et assidus, je vais vous livrer quelques secrets de coulisses : les Lopettes étaient enrhumés, Les Prouters en retard et les Dead Boobs plus calmes que sur scène. Alors, heureux ?
Bon, mais passons aux choses sérieuses … non, je déconne.
Forts de leur jeunesse et pour les aider à bâtir une carrière qui s’annonce prometteuse, on a voté à l’unanimité moins une voix que les Deads Boobs s’y colleraient en preums pour jouer dans la salle vide. C’est le métier qui rentre, fiston, comme disait l’Abbée Cottard à ses jeunes et fiers matelots.
Offerte de bon cœur à un parterre de salariés du privé à peine sortis du boulot et venus apéroter en Essonne et en RER, la prestation des DB (comme on les appelle déjà dans les couloirs de la Miroiterie) a reçu un accueil poli dans le plus pur style « Vendredi soir ». En tout cas, moi, j’ai bien aimé et j’ai bien rigolé.


Les Prouters en deuze ont continué faire monter la température à coup de tubes monstrueux et imparables. Ils m’énnnnnèèèèèèèrvvvvvvent ! Putain, 3 accords, des rimes tellement évidentes qu’on n’a jamais pensé à les faire, un refrain qui tue et un solo paquitesque, c’est pourtant pas difficile ! Alors pourquoi on n’y arrive pas ?

Brigitte Bop

Tiens d’ailleurs, on y va. Sauf que, vu que je ponds ce compte-rendu plus d’un mois après le concert, je ne me souviens plus de rien, sauf que c’était bien. Ha si, la ouidé me rappelle qu’on a fait une présentation des musiciens sur Camarade et que Charles m’a filé sa gratte et a fini la chanson avec mon micro dans le froc. Je vous conseille ce grand moment Youtubien (cimer Olivier Lopez).

Le Garage Lopez, diminué par la maladie, la reprise du travail et le Beaujolais Nouveau, est monté sur les planches pour clore cette belle soirée et achever la leçon de punk-rock par les chapitres 13 (ouane-tou-tri-for) et 14 (peut-on rire de tout ? Oui).

Garage Lopez

Les habitués survivants du 1er rang auront même eu la chance d’apprécier le soutien chorégraphique de Yann Bop et Paquito Headbanging sur l’aile gauche et la participation active et vocale de Sébastien Brisset sur un Twenty Flight Rock version jumbo jet ou bombardier ou les 2, suivi d’un Je suis né à Juvisy de circonstance puisque, à l’instar de Jean-Luck Lopez, Sébastien Brisset, aka Bastos Bop, aka, c’est moi donc je sais de quoi je cause, est, sont ou je (je ne sais plus où j’en suis de cette fuckin’ phrase à rallonge) né à Juvisy.
Séquence nostalgie donc, mais après tout, les réunions de famille, ça ne se termine pas toujours un peu comme ça ?

BONUS CONS :



BONUS OUIDEOS

Cimer Olivier Lopez pour les photos qui bougent et celles qui ne bougent pas et Erick pour la soirée

samedi 6 octobre : Mehun sur Yèvre (18) : concert privé

// octobre 17th, 2012 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2012

Let’s go, kids ! Back in eul’ Berry pour la Yann‘s Birthday Party ! Et oui, Yann Bop, aka Pas glop, pas glop, aka Mr Aimable, aka Le Negociator, aka le Poulidor du bras de fer, j’en passe et des meilleurs, fête ses 40 ans cette semaine (comme le FN, mais ne lui dites pas trop, ça a tendance à l’énerver). Pour l’occas’, il a demandé à quelques  groupuscules bruyants de venir pousser la chansonnette chez lui. Seuls les plus dispos ont répondu à l’appel, mais l’affiche n’aurait pas démérité sur le mur de la MJC d’Igny : Prouters + Edouard Nenez et les Princes de Bretagne + B Bop, of course.
Malgré la pluie d’automne incessante, amis, potes, et famille sont au rendez-vous. La grande pièce bétonnée au fond de la cour fait juste la bonne taille : coin concert, bar, catering, déco de bon goût et poteau au milieu, c’est beau comme un squatt normand !
On devait commencer les hostilités, mais Carlos Bop est en retard (non ? si !). Donc, une fois de plus, c’est Edouard et ses Princes qui s’y collent. Princes à effectif réduit d’ailleurs, car Gilou (clavier / guitare) est blessé. Du coup, il y a du tri dans la liste, même si certains plans de clavier sont remplacés par des borborygmes vocaux de toute beauté. Par contre, on a droit à quelques nouveautés en cours de préparation pour la fiesta démoniaque de novembre chez Florent à Bergerac : des reprises des Prouters et de B Bop, mais je ne vous dis pas lesquels : surprise ! Chouette concert, même si l’absence de Sudation anale laisse un goût amer. Houla, je vous vois venir, mais, non, non, non, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit : Sudation anale, c’est un nouveau morceau. Donc, pas de fausse interprétation sur nos relations avec Ed’ and his Princes.

Edouard Nenez et les Princes du Berry

Here come the Prouters. Comme d’hab’, c’est une litanie de tubes balancée par le trio banlieusard qui met le public en transe, sauf la vielle chienne de Yann, qui a pioncé dans la fosse. A noter qu’ils ont joué leur reprise de Renaud et que c’était très bien. Et puis la flic à gros cul aussi, et puis A poil sous … ha putain, ils n’ont vraiment que des tubes !!! Les Prouters, c’est trop fort !!!

The Fabulous Prouters Trio

Tiens, Carlito est arrivé, on va pouvoir jouer. Comme il se doit, c’est Yann le Boss, donc, c’est lui qui décide des morceaux. Il opte pour un mélange set normal / set Clache. Adjugé !  Gob et Effello viennent nous prêter main forte ou plutôt voix forte et ça file donc à la bonne franquette jusqu’à la 2ème ou 3ème interruption par coupure de courant. Ça tombe bien, tout le monde commence à avoir les crocs.
On fout donc tout le matos dans un coin et on installe des tables pour le grand banquet. Comme dans Astérix. Sauf que les bardes ont le droit de manger à table.
Avec les Princes de Britain, on a droit à un festival d’humour proutien. Mimose et Paquito sont en forme et comme il a un cœur gros comme ça, Effello en a noté quelques-unes (pas toutes parce qu’il n’arrivait pas écrire assez vite) et vous les offre sur son blog. Attention, si vous matez ça du boulot, prenez vos précautions, vous allez encore passer pour un(e) gros(se) ahuri(e) qui rit tout(e) seul(e) devant son ordi !
Pour finir, le gâteau est en forme de basse Rickenbacker et c’est beau !

Vendredi 13 janvier : avec Vilains Clowns, Prouters, Bégarsound à la miroiterie

// janvier 10th, 2012 // 1 Commentaire » // Actualités, Concerts 2012

Ha ! Quoi de meilleur qu’un petit concert punk rawk à la Miroit’ après une dure semaine de labeur ? Pas grand-chose, en vérité. Le temps d’échanger nos costards-cravate du boulot contre des tee shirts noirs à slogans gauchisants et on se rencardent au péage, direction Paname. Pour l’occas’, on a décidé d’emmener notre pote sonoman Jean-Paul, alias Brise-feuille, jeune retraité du secteur socioculturel orléanais. Pour monter à la capitale, ce dernier à choisi sa plus belle panoplie du Commandante. Pas le petit fumeur de cigare sud-américain. Non monsieur. Le seul vrai Commandante : Jack-Yves Cousteau. Ca tombe bien, il a des yeux de mérous et il fait la paire avec l’Amiral Yann de Kersauson. La Bretagne, ça vous gagne, même à Paname !

Voyage sans encombre avec les Dwarves en fond sonore. On arrive sur Ménilmuche à l’heure et la Miroiterie est déjà bien remplie. On décharge le matos en même temps que les Vilains Clowns, on échange quelques amabilités show-bisnesques avec la faune parisiano-banlieusarde : Zéric, Prouters, Effello, Edouard Nenez, Droopy GK, Bibi Konstroy et quelques autres que ma mémoire d’hippocampe anorexique a déjà fait disparaître.
Les Begarsound sont déjà sur scène et ça envoie du lourd devant un public ravi au lit (et oui, le vendredi, c’est ravi au lit !).
A peine le temps d’enfourner un sandwich au jambon de dauphin (ou d’écureuil, j’ai pas bien réussi à identifier le goût) et, it’s time for the Prouters. Comme d’hab’, c’est une avalanche de tubes de légende accompagnés de quelques nouveautés du même tonneau.
Ensuite, c’est notre tour pour un set bien carton. Les pogoteurs pogotent et les vagues viennent régulièrement s’échouer sur la scène. Putain, c’est marée haute mon Amiral ! Il faut dire que les reprises des Toy Dolls et des Rats sont appréciées à leur juste valeur par un public de connaisseurs.
La place est chaude pour les Vilains Clowns, à tel point qu’on se demande comment les murs arrivent à résister au pogo et à la fournaise.
En conclusion, bons groupes + bon public + bons concerts = bonne soirée. Finalement, lei punk rock, c’est pas plus compliqué que les maths.

 

http://fr-fr.facebook.com/events/193535370732890/

Organisé par Eat Shit Records :
Les Vilains Clowns http://vclowns.free.fr
Les Prouters http://prouters.free.fr
Begarsound http://begarsound.fr
Brigitte Bop http://brigittebop.fr

Vendredi 22 avril avec Les Vilains Clowns, Begarsound, Eutectics

// avril 18th, 2011 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2011

Les autochtones ont préféré profiter de la météo estivale des plages de sable fin du sud Cantal plutôt que la chaleur du Rigoletto ce vendredi soir ;  si si on les a tous croisé sur l’autopista ! ! Tant pis pour eux,  nous on a profité de la soirée pour arroser mon anniv’ et retrouver dans le désordre : les affreux clowns du Maine-et-Loire et leur mini bar,  la joyeuse team PKP No mad eat shit records,  la pizza 4 fromages, Antoine april 22,  Paul keith moon  & Begarsound boys punk band, deux tiers de Prouters, Eutectics from Chile Mazarine, la moiteur irrespirable du sous sol, le projecteur dans la tête, les Chepas lead guitars, l’escalier de la mort, la compilation anarchopunk et la célèbre  ceinture gibault. Hoooo je suis chaud doudou !

www.lesvilainsclowns.com

www.myspace.com/begarsound

www.myspace.com/eutectics

Samedi 19 Mars avec Prouters, Garage Lopez, Ypérite, AIN’T

// mars 8th, 2011 // 1 Commentaire » // Concerts 2011

Bon ben c’était super. Pour ceux qui n’étaient pas là, voilà en bref l’affaire… On décolle de Vienne en Val avec Mister Axel au volant. Notre masterdriver pour l’occasion a suivi la meilleure formation transport en commun dans les plus prestigieuses écoles d’Afrique de l’Ouest ! Pour preuve : il peut conduire en tout terrain, sans utiliser aucune goutte d’alcool ni aucun stupéfiant, et en même temps débattre des tétrachloroéthylènes-pentachlorophénols en Vallée du Cher aussi bien que des Stray Cats  ou encore des élections cantonales. Pas un bouchon, pas une avarie, pas un GPS, on est donc contraint d’arriver à l’heure à la Miroiterie et manger un morceau de quatre quart avec les copains rockers…

Duke et les cramés sont déjà sur le pied de guerre car le concert doit démarrer illico. L’ami Renaud en profite pour tenter une ITW audio croisée Prouters – Lopez – Brigitte Bop qu’on mettra en lien si on la récupère. Difficile de savoir ce que ça peut donner en format fanzine mais on a bien rigolé. The AIN’T démarre leur show ska punk en fin d’aprèm devant pas mal de monde : ça bouge, ça chauffe, ça sue sur le clavier, ça gueule, rock’n rollex ! On profite de la pause avec les collègues pour se jeter un jaunio dans le troquet d’en face où henry nous montre ses nouveaux tatouages en forme d’éclairs – rien à voir avec Buzz l’éclair, le jouet anthropomorphe ultra perfectionné. Quand les Prouters Pistols démarrent c’est plein à craquer dans le garage à vélo. Zont joué la veille à la fameuse cafette d’Orsay alors ça envoit, forcémment… Bruno me hurle les refrains dans les oreilles, alors je fais pareil… “mick jaijeur, mort en 72 , café clope café clope hooo hoo hooo, sur le lac de la Blanchai ai teu, avec ma planche à roulai ai teu” Pause bière. La miroiterie est pleine à craquer de têtes connues de Paris et Banlieue : y’a même p’tit luc, toujours dans les bons coups. Manque que Drunk excusé pour état fébrile …  The Rolling Lopez enchaînent derrière tout à fond comme les insurgés aux portes de Syrte mais en plus punk rock : c’est bon, moite, irrespirable et bruyant comme du garage. Pause pipi. Pause bière. Pendant qu’Ypérite envoit son gaz de combat 70’s, la section rythmique bopienne est à l’échauffement en backstage rejoint par l’ami Dudu – célèbre artiste de la banlieue de Chécy – venu nous prêter main forte à la sono.
C’est donc à une heure avancée qu’on s’installe rapido avec du backline un peu improvisé et qu’on démarre avant le passage du dernier métro. L’ambiance est assez terrible et la scène est directement assiégée par des furieux. La sono bouge, les micros volent, faut s’accrocher au manche de guitare comme l’amiral Von Spee durant la bataille de Coronel ! Le lieutenant Nenez Edouard (arborant un magnifique tee shirt du Clash, qui n’a d’égal ce soir-là que … celui de Bastos ! bravo les gars !) vient nous prêter main forte sur Mayday-Mayday, mais ne resiste pas à la tentation de participer à l’hymne à sa Gloire qu’il a créé et que nous avons tenté de réactualiser : Gloire à Edouard, No disco stylee.  Le sergent-chef Dezzutti ne resta pas en reste dans cette sympathique offensive. Il est venu bisser avec nous : ça gueule, ça larsen, ça hurle, ça fait des fausses notes, ça vole, c’est du punk rock mon colonel !

Ha oui, à celles et ceux à qui nous avons fait croire que ce show était le 1er regroupant la triplette Bop-Lop-Prout’, nous présentons toutes nos excuses. Une discussion enflammée en backstage et une recherche statistique dans les catacombes excelliennes de nos mémoires plus très vives ont permis de faire ressortir la vérité :  le 1er choc a eu lieu le 16 novembre 2003 au Café Montmartre.
Cependant, le concert de 2003 était notre 1er concert avec les Prout’, donc, c’est spécial. Alors que c’était déjà le 16ème avec les Lopez
Quant au concert de la Miroit’ présentement compte-rendué, c’était notre 6ème concert avec les Prout’ (dont 3 en 2010) et notre … 31ème avec Les Lopez !!!
Et cette fois-ci pas d’erreur possible, j’ai des preuves !
Amis historiens du wack n’ woll, je vous salue.

Brigitte Bop en concert à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

Brigitte Bop en concert à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

Brigitte Bop en concert à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

Brigitte Bop en concert à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

Brigitte Bop en concert à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

Brigitte Bop en concert à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

Brigitte Bop à la miroiterie avec Garage Lopez et Prouters

je bois ce que je veux

http://prouters.free.fr/

http://www.garage-lopez.com/

http://www.myspace.com/yperite007

http://www.myspace.com/theaint-official

Concert samedi 30 octobre – festival des campagnes

// novembre 15th, 2010 // Pas de commentaire » // Concerts 2010

tract-campagneUn après midi bien rock et champêtre  au festival des campagnes où on est invité à partager l’affiche avec The Sulfites de Blois et Les Prouters from l’Essonne. 
15H00
: après avoir pris quelques raccourcis dans Saint Laurent Nouan – bourg du Loir et Cher connu également pour sa centrale nucléaire – le hasard nous colle nez à nez avec une charette de Prouters, également à la déroute.  On découvre finalement l’entrée du festoche 500 mètres plus loin sans essuyer une seule averse.  A peine  le matériel est déchargé qu’on se retrouve la bière d’une main, la barquette de frite de l’autre, tout ça au milieu d’un véritable gazon municipal et polyvalent…  si c’est pas de l’accueil 1ère classe ça madame !!
The Sulfites ont déjà démarré leur set rock ‘n roll devant les festivaliers qui sont visiblement encore au petit dej’ :  le rock au réveil y’a que ça de vrai ! Les Prouters enchainent derrière enfin plutôt en dessous la magnifique tente à rayures bleues. ..
On se croirait un peu dans un film américain quand le héro organise un grand cocktail dans le parc de la villa et qu’il invite ses potes de la mafia à boire du champagne frelaté et qu’un groupe en costard joue une marche nuptiale le gun dans la poche ….  Sauf que là c’est du punk rock tendance banlieue sud et que la sono tise à la bière. C’est ensuite à nous de faire les intéressants devant pas mal de potes et autres connaissances amicales locales. L’ambiance décontractée  nous permet de tenter quelques improvisations musicales et chorégraphiques inédites. S’en suivent quelques rappels solognots ainsi qu’une activité commerciale soutenue (On est obligé d’ouvrir la valise de merch).
Fin d’aprèm décontractée en compagnie des ouvriers essoniens ; avec distribution de badges, histoires drôles et apéro sans fumée de barbecue. Salutations distinguées à l’orga des campagnes et à la prochaine !

2010-10-30-005

The Rolling Prouters

2010-10-30-068

Brigitte Stones

2010-10-30-032

Brigitte Stones

Vendredi 21 mai : (Orléans 45)Punk rock pour les nuls ! avec Begarsound + Prouters

// mai 3rd, 2010 // 4 Commentaires » // Concerts 2010

Chapeau bas à la fine fleurs du public punk rock, de l’Essonne au Berry, qui s’est déplacée vendredi  pour braver la moiteur et les 50 degrés dans l’arrière salle du troquet. Surtout quand il fait 25 degrés dehors et que ça sent, tous les 100 m, l’apéro-barbecue-lecul-dans-la-pelouse-passe-moi-le-rosé-merci.  Toute le monde s’est démené et faut avouer que ça  ressemblait à un vrai concert de punk rock avec la sono qui rupte, la sueur qui transpire de la bière sous les bras, les solos étourdissants, les incroyables chorégraphies dans le publics …

Les magnifiques BEGARSOUND ouvrent le bal sans pause. C’est pas 3 heures de sommeil et 100 bornes dans le van qui vont les arrêter … ils enchainent leurs hymnes de banlieue comme des vieux briscards ce qui fait monter la température assez rapidement. Viennent ensuite les PROUTERS , cancres indomptables de l’Essonne. Clair que leur musique devrait être obligatoire dans les écoles tellement elle répand naturellement l’enthousiasme et l’anarchie (sans effets spéciaux madame !). Autant dire que notre set qui a suivi a été bien chaud, à tous le sens du terme , car la salle du troquet s’est transformée en joyeux hammam dégoulinant et irrespirable. Tant mieux, ça nous permet au passage de tenter quelques nouveaux morceaux,  « en conditions extrêmes » comme disent les ingénieurs de l’aéronautique.

Grand merci aux copains CRASHTASTE 666 / RNC’s qui nous ont bien ficelé cette chouette soirée punk rock pédagogique. Bon alors Gui, c’est pour quand Punk Rock pour les Nuls Volume II  ?

bergarsound01

Begarsound à l'assault

Prouters01

Prouters on stage

Brigitte Bop

Brigitte Bop

brigittebop-paxton02

2 bières, siou plait !

Tract concert 21-05-2010 Paxton Orléans

Samedi 16 janvier : MJC d’Igny : avec Claque 40, Whodunit, Prouters

// janvier 16th, 2010 // Pas de commentaire » // Concerts 2010

Suite au forfait des Garage Lopez, on retrouve avec plaisir toute la clique de la MJC d’Igny… Avec, entre autre, dans le désordre : Claque 40 avec Erick propagande à la voix et Martial l’écossais à la basse, les magnifiques Prouters et leur flic à gros cul, les bénévoles avec leurs caméras pliantes, la soupe à l’oignon et son emmenthal rappé, Zérick et sa boutique ambulante, le frangin de Mimoze ainsi que de nombreuses VIP from la vallée de chevreuse not dead….

concert 16 janvier 2010 Igny

Brigitte Bop à la MJC d'Igny © Le blog de Askatom

concert 16 janvier 2010 Igny

Brigitte Bop à la MJC d'Igny © Le blog de Askatom

concert 16 janvier 2010 Igny

Brigitte Bop à la MJC d'Igny © Le blog de Askatom

concert 16 janvier 2010 Igny

Brigitte Bop à la MJC d'Igny © Le blog de Askatom

concert 16 janvier 2010 Igny

Brigitte Bop à la MJC d'Igny © Le blog de Askatom

tract concert à la MJC d'IGNY

Vendredi 16 mars : Bures sur Yvette : K'fet d'Orsay : avec Les gamins déchaînés, Garage Lopez

// mars 16th, 2007 // Pas de commentaire » // Concerts 2007

Les Gamins déchainésOn savait à l’avance que cette première virée à la désormais fameuse K’fet d’Orsay serait une bonne soirée, puisqu’on y retrouvait nos garagistes préférés, mais on ne pouvait imaginer que ça se transformerait en La soirée punk rock de l’année, reformation de Michel Polnareff incluse !
Sur les bons conseils de Jean-Cul Lopez, on est arrivé sur les lieux vers 19 H, ce qui nous a permis de poireauter une plombe à les attendre en discutant avec le MC de la soirée, alias le brise-feuille local, aka le plus subtil croisement entre Buddy Holly et Kurt Cobain sur cette rive de l’Yvette, j’ai nommé Monsieur Momole. Je tiens d’ailleurs à signaler que l’anniversaire de cet encore jeune homme était le prétexte cette soirée. Les Lopez sont arrivés cannette à la main dans leur monospace de bobo, exceptionnellement sans roadie, mais avec une demoiselle tatouée comme une fan de La Souris Déglinguée. « Salut ma couille », « t’as encore grossi ? », « ça va les gosses », je ne vous inflige pas tous les détails de ces émouvantes retrouvailles, d’autant plu qu’on a continuer à caqueter et discuter et critiquer à l’apéro, puis à table et pendant le concert. Le thème de prédilection de la soirée, particulièrement de bon goût, était : « Disons du mal des morts ».Mais assez parlé de nous et, comme disait mon ami Superman à sa troisième crevaison : The show must go on !
The show a commencé avec Les gamins déchaînés, jeune formation locale à l’avenir prometteur, comme on dit dans la presse régionale. Ils ont 16-17 ans et ont déjà assimilé toutes les bases du punk. Ils nous ont balancés des compos avec des mélodies terribles, des Garage Lopezreprises de Wunderbach, des Prouters et des Pistols dans un mélange détonant de peur, de joie et d’excitation. Quand je pense qu’à leur âge, j’essayais désespérément de jouer Fist Fuck Playa Club dans ma chambre !

Autre jeune formation prometteuse, le Garage Lopez a investi pour le 73ème fois la scène de la K’fet. J’espérais secrètement un show lopézien des grands soirs façon Rire et Chansons, mais on a plutôt eu droit à une leçon de punk-rock : un peu de blague, beaucoup de bruit et 1,2,3,4, j’enchaîne dans ta face. Pow, pow, pow ! Chapeau l’artiste ! On a quand même eu droit au coming out de Bruno : « Moi, je vote communiste » et aux hurlements sur-aigus et sur-insupportables (genre écureuil qu’on éventre en commençant par la queue) d’un sosie de GG Allin local. On aussi eu droit à son zob flasque, ce qui a fâché Henri qui a aussitôt rangé son matos à lui. A noter également une reprise du « Allez danser » des Rats. Quelle Classe !
Les ProutersPour ne pas passer pour les Poulydor du rock derrière ça et aussi pour assurer notre premier show k’fetien, on a décidé de frapper fort dès le début. Un peu trop peut-être car Charles à attaquer les pétages de cordes ! Je profite de cette pause pour dire qu’il y avait pas mal de monde ce soir-là, dont évidemment pas mal de tronches connues et néanmoins amicales. Ca y est, Charles est accordé, je peux repartir. A part ces petits inconvénients, on a fait un concert plutôt correct. On a dépoussiéré quelques vieilleries : Non, Que Vive le rock Libre, Punkahontas et Les Maudits du rock. On a aussi fait un nouveau morceau qui pourra nous re-servir dans les grandes occasions : joyeux anniversaire. Un grand moment d’émotion pour la poignée de pogoteurs en dessous de 4 grammes.
Le concert aurait dû s’arrêter là, mais la foule a porté sur scène les 3 Prouters et à 3 heures du mat’, ils étaient encore à balancer leurs tubes sur la scène de la K’fet devant une horde de fans ravis dans une ambiance plus enflammée que la batterie d’Henri. Micro dans le public pour les chœurs, public portant Paquito sur les épaules. Un joyeux merdier !
Finalement, on aurait dû s’en douter, le premier concert Garage Brigitte Prouters ne pouvait avoir lieu qu’ici et c’était fantastique. Comme dirait Titou : Bures sur Yvette est magique !
Plus de photos chez Newo

Brigitte Bop - Cafette d'Orsay

Brigitte Bop - Cafette d'Orsay

Brigitte Bop - Cafette d'Orsay

Brigitte Bop - Cafette d'Orsay

Brigitte Bop - Cafette d'Orsay

Garage Lopez - Cafette d'Orsay

Monsieur Momol - Cafette d'Orsay

Samedi 4 février : MJC d’Igny : grand bal punk de l’hiver (3 ans de Propagande.org) : Sine qua non, Edouard Nenez et les Princes de Bretagne, Rem and the Courbarians, Zampano, Les Prouters, René Binamé

// février 4th, 2006 // Pas de commentaire » // Concerts 2006

Edouard NenezUne bien bonne soirée que ce cru 2006 du grand bal punk pour fêter les 3 ans de Propagande, l’hébergeur le plus punk de l’univers. Pour nous, ça a commencé à 13 heures et quelques, au local pour une répèt’ vite fait, histoire d’assurer un minimum, vu que ce soir, on se fait filmer notre concert par Ben Skalopes et sa fine équipe. 4 caméras rien que pour nos gueules, c’est la classe. Une fois la chose faite … enfin, après la répèt’ quoi, on s’entasse dans le Vitolux direction Igny-sur-Mer. On a une demi heure pour faire 120 bornes, inutile de vous préciser qu’on est arrivé un peu en retard. Mais rien de grave, donc, on balance directement, c’est toujours ça de fait et ça laisse du temps pour le reste, c’est-à-dire le bavardage, le papotage, le discutage, le causage et le bla-blatage, le tout arrosé de litres de houblons pour mes amis. Et ceci d’autant plus qu’il n’y avait que des gens sympathiques à ce grand bal. Je sais, vous allez me faire remarquer que je dis ça à chaque fois, mais cette fois-ci, c’est vrai !!! Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Les autres fois aussi c’est vrai, mais là, c’est encore plus vrai que les autres fois. Bref, c’est bien simple, en backstage, ça débordait de gentillesse ! Il y en avait presque autant que de la Kronenbourg. Et dans la salle, tout pareil. Et puis du beau linge, vous pouvez me croire : La fine fleur du world wide pogo (normal pour une soirée Propagande.org), La Wampas Team en force, moult photographeurs et photographeuses à plus ou moins gros zoom, l’intelligentsia de la BD alternative, des producteurs, des ex-producteurs, des futurs les Prouters et le publicproducteurs, des tonnes de punks stars et Monsieur Henri Lopez. Evidemment, avec tout ça, c’était plutôt la Maison des Vieux et de la Culture et ça avait parfois un air de 8 mai sous l’Arc de Triomphe (surtout en backstage d’ailleurs. C’est Gob qui était content, il avait plein de copains de son âge pour une fois). La chanson « Les punks de 40 ans » était doc plus que jamais de circonstance ! Pour ma part, j’ai profité de l’occasion pour filmer toutes ces bonnes gens et je me suis bien amusé. Mais comme on ne peut pas être partout, je n’ai pas vu grand-chose du Spectacle, comme disait mon ami Roger Lanzac. J’ai carrément raté les Sine qua non. J’ai pu voir un peu Edouard Nenez, ce qui fut pour moi la principale découverte de la soirée. J’adore. C’est de la chanson rock avec plein d’humour rigolo qui fait rire dedans. Ca fleure bon le Bobby Lapointe et le Sttellla, voire les Suprêmes Dindes pour faire dans l’actuel. C’est frais, c’est simple, c’est vrai. Ca ne pète pas plus haut que ça a le cul et c’est bon. Vinrent ensuite nos potos des RNBS : Rem and the Bonarians (celle-là, je l’ai déjà faite, mais je l’aime bien et je fais ce que je veux ! Si je veux la faire à chaque fois, je peux !!!). Le son était tout pourri sur scène et devant, donc pas d’hystérie dans le public … ni sur scène. A ce propos, il faut préciser que sur toute la soirée, il y a eu pas mal de monde (environ 300 personnes), mais était-ce l’âge avancé déjà dénoncé ci-dessus, le côté inévitablement poseur du parisien landa, ou la fraîcheur extérieure de ce fucking mois de février ? Je ne sais pas, mais l’ambiance dans la salle est restée globalement B Bophivernale. Quoi qu’il en soit, on continue. Zampano a pris la suite. Je n’ai pas vu grand-chose, mais d’après ce qu’ils disaient eux-mêmes après, ils n’ont pas très bien joué. C’est pas une raison pour s’en prendre à la batterie de Lolux, hein Nico ? Le temps d’une bière et les Prouters attaquent. Putain, c’est vraiment bien les Prouters ! C’est la première fois que je les voyais en power trio et ben, ça arrache. 100 % pur tubes de punk-rock banlieusard. Pour des vieux, ils ont encore de la ressource. Par contre, ils n’avaient pas dû brancher leurs sonotones, donc c’était beaucoup trop fort, mais bon, on fait du rock ou on n’en fait pas ! En parlant de faire du rock, c’est notre tour d’y aller. Et puis, il faut assurer, il y a de la caméra ! Enfin, ça ne nous fait pas peur les caméras, on est habitué, on en a tellement plein les rues à Orléans qu’on se croirait à Auchan ! Donc, on y va et avec le sourire s’il vous plait. Un show plutôt bien dans l’ensemble. Pas de gros pain, pas mal d’enchaînements, quelques blagues mais pas trop car on n’avait pas trop le temps et hop, c’est dans la boîte. Merci bonsoir. C’est René Binamé qui a clôt ce grand bal punk. J’ai pas vu, mais c’était bien. Il ne faudrait pas oublier que pendant tout ce concert-marathon, la TZ Team a balancé de la vidéo sur écran géant sur la scène et dans le hall et ça le fait carrément. Voilà, je crois que j’ai fait le tour. Un grand merci à Erick et toute la Propa Crew et rendez-vous l’année prochaine pour les 4 ans !
Play-list aller : Undertones et Stooges
Play-list retour : Terrorgruppe et ronflements
Plus de photos sur le World Wide Pogoooooo : Ato, Ouasse, Miss Roudoudou, Forum disco, Fils de punk

414642274_aaf85b7be2

414642271_87ba32c074

414642267_791caeeb26

414642265_63ff56a0f8

414642263_4fe13cf179

414634576_4ab74f33a3

414634574_edbbc385a0