Vendredi 11 novembre et samedi 12 novembre : What’s my name on tour à Orbec et Caen

// novembre 16th, 2011 // Concerts 2011, Non classé

OTH chantait « Il était chaud l’été 86″, et bien nous, on pourra chanter « Il était chaud l’automne 2011″. Niveau température déjà, si ce n’est pas vraiment l’été indien du célèbre chansonnier bigloucheux qui sifflait sur les collines, la météo est plutôt clémente. Niveau concert surtout, parce qu’on aura enchaîné les vacances … pardon les concerts avec nos potos de Garage Lopez et d’Edouard Nenez and ze PDB.
Ce week-end, c’était donc la suite du What’s my name on tour, tournée promotionnelle du magnifique split 45 tours Nem Dropping. Exceptionnellement, cette tournée s’éloigne de la Loire et s’approche de la mer. « J’irais refoir ma Normandie » s’époumonait en son temps le Chancelier pangermanique et sosie officiel de Charlie Chaplin. Et bien on a fait pareil, en Mercedes aussi, mais dans un modèle un peu plus récent.
2 heures et demi de routes de campagne et nous voilà rendus à Orbec dans le Calvados. Sur place, on trouve d’abord une bande de jeunes keupons havrais en avance, une fête foraine et le Rosanel’s Pub (de l’autre côté de la fête foraine). Mais point de Prince breton à l‘horizon ! Officiellement, ce retard est dû à un changement de roue défectueuse. Officieusement, on apprendra par la suite qu’une pause ostréicole cancalaise a peut-être sa part de responsabilité. Car oui, sachez le, le Prince de Bretagne, même parisien, même alsacien, même anarchiste, même bassiste, aime le bon manger et le bien boire. !
Mais tout vient à point à qui sait attendre (surtout si il y a du Pastis et des caouettes) et la troupe arrive enfin de sa Bretagne natale (la veille, ils jouaient à Rennes). Bisous-bisous, rafraîchissements et installation du matos.
En bonne vedette américaine, on s’installe et on profite de la balance pour tester une vieille reprise des Rats abandonnée depuis une paire d’année. Ouf, contre toute attente, ça passe. On la fera ce soir, décision à l’unanimité moins une voix.
S’en suit une pause dînatoire backstage sur laquelle je ne m’appesantirais pas car sinon, vous allez dire qu’on ne fait que boire et manger dans ces week-ends, alors que ce n’est pas vrai, on va aussi se promener sur la plage.
Vers 21 h 30, Stéphane, le sympathique patron metalophile du Rosanel’s nous invite à aller exprimer notre art sur la petite scène de son établissement. Comme toujours quand un type qui a des bras 3 fois plus gros que mes cuisses me demande de faire quelque chose, je m’exécute avec le sourire. Ca tombe bien, le bar est plutôt bien rempli (60 personnes selon les organisateurs) et tout le monde a l’air d’avoir envie de passer un bon moment. Nonobstant mon pied de micro qui n’arrêtait pas de bouger au rythme du pied de Charles qui battait la mesure, ce fut un chouette concert. Edouard est venu achevé son dernier filet de voix en hurlant des « Mayday mayday » de damné et on a donc réussi à jouer « Mon cafard et moi » des Rats, qu’on avait pas joué depuis 5 ou 6 ans. Si ça vous branche, il y a pas mal de photos et des ouidéos sur le web.
C’est donc vocalement diminué par, dans l’ordre, une bronchite, un concert la veille, une courte nuit bretonne et des éructations sataniques sur Mayday, que le sieur Edouard est monté sur scène avec ses Princes of Britain pour une heure d’enchaînement de tubes en contre-ut, tout en refoulant (mais pas du goulot !) les tentatives d’abordage de passagers clandestins. Tout ça pour la plus grande joie du punk havrais à crête verte et de tous les autres.
Après ça, on a continué la soirée en discutant avec des plus ou moins vieux punks normand et quand tout le monde est parti, la section rythmique bopienne a organisé un championnat du monde de bras de fer qui a tenu le Crew du What’s my name on tour en haleine pendant au moins 7 minutes (sauf Charles qui dormait en faisait de gazouillis de petit chat). Résultat du match : Lolux est sacré Champion du monde pour la 238ème fois.
Une dernière bière avec Monsieur et Madame Rosanel’s et on file à l’hôtel pour une petite nuit de sommeil.
Samedi matin, l’Empereur et sa femme ne sont pas là, mais tous les petits princes sont sur le parking de l’hôtel à 11 h pétantes, rejoints progressivement par des bouts de Bop jusqu’à reconstitution de l’équipe de la veille avec un peu moins de neurones pour certains et un peu plus de poches sous les yeux pour tous. Pour renforcer les liens, on organise inopinément un échange de fanions entre les 2 équipes, mais comme on n’a pas de fanion, on fait un échange de bières. On a vérifié auprès de la FFP, Fédération Française de Punk, ça marche aussi.
Retour au bar pour un café croissant salutaire, remballage du matos, séance photos « sale gueule du matin » et on décarre pour la suite du voyage. Direction : la mer.

"On a goûté les spécialités locales"

Enfin, c’est ce qu’on croyait avant que notre route ne soit rapidement déviée par un panneau « Calvados – vente directe » et qu’on se retrouve dans une ferme à écouter Monsieur Roch (ça ne s’invente pas) nous expliquer la fabrication du Calvados à grand renfort de dégustation liquide. Après 3 calvas et un pommeau (« c’est pas de l’alcool, ça ne fait que 17 degrés » dixit Monsieur Roch), les 7 princes de bopagne sont rassasiés. Chacun fait ses emplettes et on peut retenter un départ pour la mer.
Vers 14 H 30, on arrive enfin à Bernières sur Mer sur les plages du débarquement. On se gare à côté des camping cars pour faire rire les Zédouard (ils disent les Brigittes, on peut bien dire les Zédouard), on se fait une petite promenade sur le sable fin, on constate que « la mer, c’est beau » et hop direction Intermarché pour acheter de quoi se restaurer. On retrouve dans les rayons l’ami Fab’, natif du Loiret et exilé à Bernières, qui nous invite à manger chaud et au chaud dans sa tanière. Du coup, les plus gastronomes peuvent prendre une boite de tripes à la mode du coin. Chouette !
Donc, on mange, on se repose un peu et on reprend la route pour Caen.
On n’a pas beaucoup d’infos sur le concert et on se demande un peu où on va tomber. La salle est une usine désaffectée utilisée depuis peu de temps pour les concerts. Point positif, il y a une sono, quelques spots et il y a déjà un groupe sur place. On décharge le matos et on attend un peu que ça se passe doucement. Pascal, notre contact, arrive et on apprend que le groupe de rap (des petits jeunes du coin) ne veut pas jouer trop tard. L’ordre définitif sera donc : Jean-Paul Dub (un peu), Edouard Nenez, Fresh Caen Camps, Brigitte Bop et Jean-Paul Dub (un peu plus).

See you soon, Prince Jakez

Après quelques balances, la nuit est tombée (sans gravité je vous rassure) et le public arrive doucement. Jean-Paul Dub balance du son, un mélange de rock progressif et de dub avec projection vidéo.
Edouard Nenez prend la suite. C’est le dernier concert du guitariste Jakez Tembert qui quitte définitivement la Chou-fleurie pour la Choucroute. Mais la tristesse ne submerge pas le spectacle qui reste le plus fort : The Show must go home, comme disaient les viet-congs, qui avaient oublié d’être congs. Pour cette dernière, il aura même le soutien envahissant de Bastos pour les chœurs et la wha-wah. Pour capturer le public endubé par Jean-Paul Dub, les Nénesse attaquent fort avec un Guns of Brixton hypnotique de toute beauté. Et ça marche. La salle est remplie, le public est aux anges et ça pogote du début à la fin. Niveau voix, c’est toujours sur le fil du rasoir mais ça tient jusqu’au bout. Pour le reste, l’énergie et la bonne humeur sont toujours au top niveau et ça le fait : vive le punk-rock et fuck off les camping-cars !
Les 4 rappeurs de Fresh Caen Camps prennent la suite. Heureusement, ils ont de la voix et ils balancent un flow nerveux et des paroles … pardon … des lyrics radicales sur une rythmique enregistrée plutôt groovy. Le public, moitié punk, moitié arty, moitié hip-hop est chaud comme la braise et apprécie le son des FCC. Ca balance du lourd mais sans se prendre la tête. Pour finir, ils sont rejoints par la section rythmique des Princes et Charles Bop aux instruments et par plusieurs de leurs potes au micro. Tous assurent et ça propulse le public à un niveau d’excitation digne du Guiness Book.

Yann Bop à Caen

Comme on doit jouer juste après, on décide de choper le public directement au même niveau en attaquant avec Moi, demain (allez, tous avec moi la lala lala lala la lalala). Et ça marche. Le pogo repart de plus belle et durera au moins la moitié du concert avant que la fatigue ne commence à se faire sentir. C’est sauvage et heureusement que les Princes de Bretagne sont là pour protéger la sono, le matos, les micros et surtout nos chicots juste derrière les micros, le tout au péril de leurs côtes et de leurs docs jaunes. Décidément, l’Histoire est un éternel recommencement : une fois de plus, les Princes ont sauvé la princesse Brigitte !
Bref, ce fût un putain de bon concert punk rock qui s’est terminé de façon toute aussi punk rock, puisqu’à 20 secondes de la fin du dernier morceau : couic ! Coupure de courant. Merci bonsoir et bonne nuit les petits.
Malheureusement pour Jean-Paul Dub qui devait rejouer, c’est le câble d’alimentation générale qui a été coupé volontairement. Pour la légende, on aurait bien aimé que ce soit une action terroriste de dangereux nazis, mais il semble que ce soit plutôt l’œuvre de junkies décomposés sous champis. On attend quand même les conclusions de l’enquête.
On a donc remballé le matos à la lueur des téléphones portables, pris quelques dernières photos stupides et on s’est séparés sur le trottoir du Préau bis, dans cette zone industrielle automnale et bucolique. On a remercié Edouard pour nous avoir incrusté dans ces 2 concerts (3 pour les Zédouard) dans des chouettes lieux, avec du public et de l’ambiance. On s’est réparti les bières, les pommes et les restes de jambon et on est parti chacun de notre côté, vers d’autres aventures.
Et comme disaient les canadiens : Vive la Normandie libre !

Studip Championship

Caen l'appétit va, tout va !

Edouard Nenez au Préau Bis à Caen

Brigitte Bop au Préau Bis à Caen

The last one of the week-end

Une rponse to “Vendredi 11 novembre et samedi 12 novembre : What’s my name on tour à Orbec et Caen”

  1. jakez dit :

    la lala la lala la lala
    et ton micro de Gibson qui se fait la malle ? ‘tain, j’ai jamais vu ça…

Postez un commentaire