Posts Tagged ‘concert’

Samedi 19 septembre 2020 : Preuilly : avec RNCS et Les Prouters

// septembre 27th, 2020 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2020

Nom de dieu de putain de bordel de merde ! Ça fait du bien ! Ça fait vraiment du bien de voir un concert de rock bruyant. Et ça ne fait pas de mal non plus d’y jouer. Petite précision pour le lecteur retardataire de 2048 et pour le lecteur qui, comme moi, préfère regarder Netflix que les chaînes d’intox continue : depuis 7 mois, on survit plus ou moins cloitrer en mode pré-post-apo pour éviter de pécho une raclure de virus qui fait caner les ieuv’ et qui rêve secrètement, dans son petit corps de virus rebondi et cruel, de tous nous transformer en Immortan Joe, le méchant de Fury Road. Sauf les chtites nenfants, parce que tout virus qu’il est, il est pote avec le Père Noël (bon, ça, je l’ai lu sur un site complotiste, donc, ça reste vérifier). Alors, pour éviter se retrouver entuber avec 47 ° de fièvre, on n’a plus le droit de se lécher la couenne façon show bizness ni de se serrer la pince en mode bras de fer Over the top. On peut juste se cogner les coudes (c’est même pas une contrepèterie) et se foutre un masque sur le pif, comme le premier touriste nippon venu. Alors, taper un pogo dans un rade de 12 m2 en matant Poésie Zéro, c’est même pas la peine d’y penser. Mega teuf 2020 !

RNCS on stage

RNCS on stage

Donc, quand Yann nous propose un concert à la fameuse Guinguette de la Plage à Preuilly, je peux vous dire que le temps de réflexion est largement inférieur au temps d’incubation.
Evidemment, comme les seules activités de loisir autorisées par le gouvernement sont le travail qui rend libre et la sur-consommation qui rend pauvre, ce concert se fait sans autorisation et avec un minimum de pub sur les rézossocios (un tract avec Fantomas. Trop golri la vanne) pour un résultat parfait : une cinquantaine d’aficionados berrichons, une (belle) poignée de voisins de Chatillon sur Loire tendance Zobsecks, et zéro poulaga. Ce qui est une bonne chose, car il faut avouer que les injonctions préfectorales en termes de gestes barrières et distanciation sociale ont été interprétées avec une certaine souplesse, sinon un souplesse certaine.
Mais, comme disait le petit Gibus, revenons à nos boutons.
Nonobstant un rencard à 17 H en terre berrichonne, je déboule à Preuilly Beach à 19 H bien tapées, juste après l’orage annoncé la veille par Laurent Romejko, non sans avoir honteusement rejeter la faute de mon retard sur ma progéniture que je trainais au concert. Personne n’est dupe, évidemment, mais toute la troupe est trop fière d’avoir installer tout le matos (de fort belle manière, je dois l’avouer) de façon particulièrement efficace et sans moi (et vice-versa). Je m’en souviendrais pour la prochaine fois. Quelques salamalecks et papotages de retrouvaille avec les potes et on se retrouve attablés autour de pizzas XXL à se raconter divers souvenirs d’escapades berrichonnes mouvementées, bruyantes et souvent copieusement alcoolisées.
Une petit café par la-dessus et Jean-Luc, ze rigoling boss of ze Guinguette pousse les RNCS sous les sun lights.
L’avantage d’un concert qui commence avec RNCS, c’est que tu es tout de suite dans le bain. Et dans le grand bain, encore ! 40 minutes en apnée, noyé dans les décibels, bels, bels comme le jour, ça te réveille les esgourdes qui avaient perdu l’habitude. Et tant pis si la pizza n’avait pas fini son cycle digestif.

B Bop on stage
On a pris la suite et c’était chouette. On n’a pas trop mal joué et on a bien rigolé. On a foiré notre super blague sur les masques (ton masque blanc te fait vraiment une tête de gland) parce que personne n’avait de masque, mais on a passé (presque) du premier coup deux nouveaux morceaux : Les Bouffeurs de grenouilles et Dans le camp des trafiquants. On n’a pas évité l’inévitable Anarchy in eul’ Berry, Camarade Bourgeois s’est fait putscher par les Bérus et les Zobsecks sont venus lalalaler sur Moi, demain. Et pour ceusses qui ont raté ça, il y a les vidéos qui bougent de Melra Erix sur Youtube et les photos qui ne bougent pas de Jean-Luc Rafesthain sur Fessebouc. Merci à eux pour ces souvenirs, souvenirs, comme disait Djauhnny.
On s’est tous achevé avec les fabuleux Prouters qui ont fait twister les filles et brailler les gars. Malgré des pannes de micro (cette fois-ci, c’est une contrepèterie) à gogo, les Prouters ont une fois de plus fait défiler les tubes comme d’autres enfilent les perles (c’est peut-être une contrepèterie. Je ne sais pas, je n’ai pas essayé) pour un public conquis qui ne voulait plus les laisser partir.

120202632_3452188471486170_4290728098030883020_o
Après 7 mois d’abstinence, la triplette orléano-berricho-essonite visiblement pris autant de plaisir qu’elle en a donné. Ce concert, qui flirtait avec la réunion de famille, avait des vrais airs du monde d’avant. Celui qu’on aime, avec de la vie, du bruit, de la bière, desc ris, des potes et des potesses. Le genre de soirée qui donne envie de reprendre le clavier, 5 ans après l’avoir raccrocher, pour pondre un compte-rendu et continuer à partager ce plaisir, simple, d’être ensemble. Amen.
Bon, ceci dit, je me suis fait la tchave juste après et j’ai laissé les potes ranger et recharger le matos, trinquer avec Jean-Luc et s’achever chez Yann comme des sales punks. Aux dernières nouvelles, tout le monde à survécu et la 2ème vague n’est toujours pas arrivé. Vive le rock.

L'attaque des Zobsecks

Carlos Bop

Concerts 26 et 27 janvier 2018 avec Les vilains clowns

// décembre 16th, 2017 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2018

IMG_20180127_003114

Les vilains Clowns à la Marmitte

photo Arnaud LD

Brigitte Bop au Blue Devils – photo Arnaud LD

Week-end avec M 26-7 : les vidéos

// novembre 19th, 2016 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2016

On a enfin réussi à faire descendre par chez nous nos potos du Nord.
2 soirées de punk rock et bonne humeur.

La preuve en ouidéos :

Vendredi 11 novembre 2016 : La Marmite à Preuilly (18)

 

Samedi 12 novembre 2016 : Le 5ème Avenue à Orléans (45)

Brigitte Bop on ze road

// septembre 27th, 2016 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2016

V’là une paire de dates pour pécho le nouvel album en circuit court

11-2016-tournee-2

Vendredi 16 novembre : Juvisy : MJC avec Dead Boobs, Garage Lopez, Les Prouters

// décembre 18th, 2012 // 1 Commentaire » // Concerts 2012

Que nenni, monsieur Je-sais-tout-de-l’adage-populaire. On choisit ses amis, mais on choisit aussi parfois sa famille ! La preuve ce vendredi soir à Juvisy. Une belle réunion de famille et, mis à part dans la date, on a tous eu le choix ! Les 3 vieux tontons Prouters, Lopez et Bop, avec les petits neveux des Dead Boobs (c’est bien les jeunes ça, ça cause anglais pour faire les malins), réunis par Papy Propagande dans sa MJC transformée pour l’occasion en un HVB, un Hangar des Vieux et du Bruit.

Les Dead Boobs

Contre toute attente, malgré les intempéries et pour la seule fois de l’année / siècle / vie (rayez les mentions inutiles), on est parti et arrivé à l’heure (mais pas la même). Du coup, on a bien eu le temps de s’installer et de balance, pour enfin accueillir les potos. Il faut dire que ça faisait une semaine qu’on n’avait pas vu les Lopettes et plus d’un mois qu’on avait pas manger (et jouer accessoirement) avec les Prouters.
Allez, comme vous m’êtes sympathiques et assidus, je vais vous livrer quelques secrets de coulisses : les Lopettes étaient enrhumés, Les Prouters en retard et les Dead Boobs plus calmes que sur scène. Alors, heureux ?
Bon, mais passons aux choses sérieuses … non, je déconne.
Forts de leur jeunesse et pour les aider à bâtir une carrière qui s’annonce prometteuse, on a voté à l’unanimité moins une voix que les Deads Boobs s’y colleraient en preums pour jouer dans la salle vide. C’est le métier qui rentre, fiston, comme disait l’Abbée Cottard à ses jeunes et fiers matelots.
Offerte de bon cœur à un parterre de salariés du privé à peine sortis du boulot et venus apéroter en Essonne et en RER, la prestation des DB (comme on les appelle déjà dans les couloirs de la Miroiterie) a reçu un accueil poli dans le plus pur style « Vendredi soir ». En tout cas, moi, j’ai bien aimé et j’ai bien rigolé.


Les Prouters en deuze ont continué faire monter la température à coup de tubes monstrueux et imparables. Ils m’énnnnnèèèèèèèrvvvvvvent ! Putain, 3 accords, des rimes tellement évidentes qu’on n’a jamais pensé à les faire, un refrain qui tue et un solo paquitesque, c’est pourtant pas difficile ! Alors pourquoi on n’y arrive pas ?

Brigitte Bop

Tiens d’ailleurs, on y va. Sauf que, vu que je ponds ce compte-rendu plus d’un mois après le concert, je ne me souviens plus de rien, sauf que c’était bien. Ha si, la ouidé me rappelle qu’on a fait une présentation des musiciens sur Camarade et que Charles m’a filé sa gratte et a fini la chanson avec mon micro dans le froc. Je vous conseille ce grand moment Youtubien (cimer Olivier Lopez).

Le Garage Lopez, diminué par la maladie, la reprise du travail et le Beaujolais Nouveau, est monté sur les planches pour clore cette belle soirée et achever la leçon de punk-rock par les chapitres 13 (ouane-tou-tri-for) et 14 (peut-on rire de tout ? Oui).

Garage Lopez

Les habitués survivants du 1er rang auront même eu la chance d’apprécier le soutien chorégraphique de Yann Bop et Paquito Headbanging sur l’aile gauche et la participation active et vocale de Sébastien Brisset sur un Twenty Flight Rock version jumbo jet ou bombardier ou les 2, suivi d’un Je suis né à Juvisy de circonstance puisque, à l’instar de Jean-Luck Lopez, Sébastien Brisset, aka Bastos Bop, aka, c’est moi donc je sais de quoi je cause, est, sont ou je (je ne sais plus où j’en suis de cette fuckin’ phrase à rallonge) né à Juvisy.
Séquence nostalgie donc, mais après tout, les réunions de famille, ça ne se termine pas toujours un peu comme ça ?

BONUS CONS :



BONUS OUIDEOS

Cimer Olivier Lopez pour les photos qui bougent et celles qui ne bougent pas et Erick pour la soirée

Concert à l’Infrared – samedi 22 septembre

// septembre 3rd, 2012 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2012

Yo ! Ca faisait un an qu’on n’avait pas trainé nos amplis sur Orléans et la reprise se fait dans le nouveau lieu mythique de la ville (ze plesse toubi, comme disent les RNCS qui y ont déjà joué 14 fois et qui aiment bien se la péter dans la langue de Shake n’ spirs, malgré un accent anglais à peine supérieur au nôtre). Pour l’occas’, on a décidé de mettre toutes les chances de notre côté pour ne pas assurer le show : des heures de travail sur des chorégraphies époustouflantes, modification du début du set et répétition dans l’après-midi. Dispositif imparable, un peu comme la Ligne Maginot en son temps …
Vers 18 H, on retrouve la Brigade des Vieux Os et Jean-Paul à l’Infrared. Ouvert depuis quelques mois, cette brasserie – concert est vraiment le lieu qui manquait à Orléans : chouette salle d’environ 150 places en plein centre-ville, avec look et esprit rock et une belle petite scène avec moquette et ventilo. Bref, on peut se rouler par terre et respirer pendant le show. C’est carrément Las Vegas !
Pour autant que je me souvienne, pendant la balance des OBB, on a bu des bières en terrasse en comptant le nombre de pouffes en Mini (896) qui s’embouteillaient devant le bar. On a aussi fait une petite balance et surtout, après, on est allé manger des tagliatelles carbonara.
Vers 21 H 30, on est descendu sur scène. Je sais d’habitude, on dit monter sur scène mais là, ça se passe à la cave, donc, on est descendu. Le public a rappliqué tout de go. C’est l’avantage de l’écran géant dans la salle du bar qui diffuse le show en direct live : les piliers de comptoir peuvent continuer à plier le comptoir tout en matant le concert à la télé, mais surtout, le public rejoint le groupe dès que ça commence à s’agiter sur scène. Pratique !
Le dispositif spécial « fuckin’ show » précité a fait son effet et on a balancé un bon concert. Reprise des Clash pour commencer (Safe European Home), bon dépucelage pour le tout nouveau morceau « Bijou Bop », renfort du Canal historique (aussi appelé « Attaque de Gob ») aux moments stratégiques, un peu de bla-bla mais pas trop, tchao good bye et à la prochaine fois.

A noter la présence mouvante du Crew East Side of ze Loiret aka Akoufène Asso de Chatillon.
Les Old Bones Brigade ont pris la suite avec leur power Hard Core des familles. Mes oreilles ont survécu à l’invasion sonore des barbares tatoués, mais il faut dire que je les ai matés à la télé (cf ci-dessus) vu que j’étais préposé au stand merchandising.
Conclusion concise : bon concert, bonne soirée, bon endroit, bon public.
Et sil les blagues sur les religions n’étaient pas interdites par la Loi (Divine), je dirais : Nul n’est prophète en son pays ? Mon cul !

Quelques jolies photos prises par l’ami Tony Aubry


Brigitte Bop + Old Bones Brigades
Samedi 22 septembre 2012
L’Infrared – Place du Châtelet
21 H – GRATOS

Back to the Future

// août 28th, 2012 // Pas de commentaire » // Non classé

On a retrouvé les tracts et affiches de nos concerts.

Y’a pas à dire, graphiste, c’est un métier.

Tracts 1996 / 1997

 

Tracts 1998 / 1999

Tracts 2000 / 2003

Tracts 2004

Tracts 2005 / 2006

Tracts 2007 / 2008

Et les anciennes affiches :

1996 :

2001 :

2003 :

Vendredi 25 mai à Etampes (91) avec Begarsound, The Ain’t et Holy Holster

// mai 8th, 2012 // Pas de commentaire » // Actualités, Concerts 2012

Pas facile de faire venir le public dans une cave à Etampes quand le soleil et son pote le barbecue du vendredi pointent leur pif à l’horizon d’une fin de mai humide et ombrageuse. Enfin, on a quand même joué devant Mr Popoche aka Grand Z aka Zéric from Trauma Social aka Le Productor (comme on l’appelle entre nous), qui était bien content de ‘avoir que 300 mètres à faire pour venir … et surtout pour repartir. Il y avait aussi John-Luck Von Lopez, mais lui, je crois que c’est parce qu’il nous aime en fait.

Malgré l’absence de répét’ et de public, on n’a pas trop mal joué, on a bien sué et on s’est bien amusé. Les autres groupes aussi d’ailleurs. C’était donc une bonne soirée, même si mes copains ont regretté la cruelle absence de bière (2 par musicos) qui les a obligés à rentrer « même pas en état d’ivresse », comme disait le poète en 1977.

Ha oui, on a aussi été interviewé en ouidéo par Shot da sound TV.

Nouvelles vidéos live

// septembre 12th, 2011 // Pas de commentaire » // Non classé

On continue avec les archives ouidéos.
Cette fois-ci, c’est nettement plus récent.
Les 2 morceaux les plus wack n’ woll du dernier albums filmés par l’ami Fab Betiz Fest lors du concert du Rigoletto (Paris) en mai 2011.

Salir ton costard

Nadine et Alain